Une situation inédite touche aujourd’hui le plus gros transporteur de marchandises au monde. En effet, le transport maritime est fortement perturbé par l’épidémie de covid-19 qui touche la planète. Mais est-ce le seul problème de la marine actuellement ? Que va-t-il se passer après ?

La situation avec le coronavirus en quelques chiffres.

Difficile de passer à côté, entre confinement et journal télévisé alarmant, le monde souffre actuellement de l’épidémie du coronavirus. Si initialement le transport maritime n’avait pas analysé un tel fléau, aujourd’hui on ne peut que constater le résultat sur cette activité. En effet, le transport de marchandises par voie maritime représente 80% du commerce dans le monde. 90% des marchandises de premières nécessités passent par la mer. On compte environ 70 000 navires par an. Depuis le début de la pandémie, on constate une baisse d’activité de 50% comparé à février et on estime une baisse supplémentaire de 30% pour avril. Bien entendu, le bilan total de la situation n’est pas encore connu mais il pourrait perdurer sur mai et forcement, cela se comptera en milliards de dollars de perte. Il ne faut pas non plus oublier de mentionner que le transport maritime de personnes est quant à lui complètement à l’arrêt.

Et après le  coronavirus ?

Le coronavirus est donc entrain d’effectuer un changement significatif dans le monde du commerce et du transport maritime. Les habitudes de consommation sont petit à petit sur le point d’évoluer car le marché des denrées de première nécessité venant de pays lointain est très compliqué et donc la population doit s’adapter. Cependant, que se passera-t-il à la fin de la pandémie ? Les activités, si elles reprennent, seront-elles exactement comme avant ? N’oublions pas qu’avant l’arrêt forcé dû au coronavirus,le transport maritime semblait déjà avoir un problème majeur qu’il avait prévu de prendre en charge.

Quel autre problème peut faire trembler le transport maritime ?

Comme nous l’avons signalé, jusqu’à présent le transport maritime de marchandises est un acteur mondial incontournable. Le transport maritime au travers des croisières est aussi très prisé du domaine du tourisme. Cela dit, on constatait déjà avant l’arrêt forcé des activités que la marine en règle générale avait un impact majeur sur l’environnement. En effet, de nombreux organismes avaient prévu pour mars et avril des réunions au sommet afin d’aborder cette problématique et de trouver des solutions concrètes. Cependant, depuis une dizaine d’années, de nombreuses avancées avaient déjà été effectuées afin d’endiguer la pollution des océans et de l’air.

Quelles sont les solutions pour l’environnement ?

Le problème ayant été identifié il y a déjà un certain temps, les chercheurs ont déjà fait des avancées majeures. Et il y a de grandes chances qu’à la sortie de cette crise sans précédent l’univers du transport maritime découvre de nombreux changements. Par exemple, on entend de plus en plus parler de biodiesel qui aurait donc comme vocation de servir de remplaçant au diesel actuel. Ce carburant est fabriqué à base de graisses végétales et d’huiles végétales additionnées à de l’éthanol ou du méthanol. Ce mélange a pour action de diminuer les effets de serre tout en restant performant. Actuellement, les moteurs diesel sont généralement couplés à des hélices afin de minimiser leur empreinte sur l’environnement. Bien entendu, de nombreuses autres recherches continuent d’être menées afin de trouver des solutions.

Le transport maritime connait donc une situation compliquée due au coronavirus et aux biocarburants. Mais ce mode de transport qui a déjà fait ses preuves a essuyé de nombreuses autres perturbations dans son histoire et a toujours réussi à revenir plus fort.

 

 

Laisser un commentaire