Le port du Havre a achevé ce premier semestre avec une baisse de toutes les filières, excepté le roulier et la croisière, mais a vu croître son trafic sur l’hinterland

Après une belle hausse en 2017, le port du Havre affiche un bilan en demi-teinte en ce début d’année, avec une baisse de 5,3 % de son trafic maritime global, à 34,1 millions de tonnes. Son secteur stratégique qu’est l’activité conteneurisée affiche une baisse de 2,8 % à 1,4 million d’EVP et de 5 % pour 13,8 millions de tonnes. Des chiffres liés au recul des transbordements, « propre aux décisions organisationnelles des armements qui réorganisent d’une année sur l’autre leurs services et terminaux », explique Antoine Berbain, directeur général délégué de Haropa.
Le Grand Port maritime du Havre veut contrebalancer ces chiffres en insistant sur le « record historique » du trafic maritime de conteneurs sur l’hinterland, avec un total de plus de 1 million d’EVP, soit + 1,1 % par rapport au premier semestre 2017, et « jusqu’à 5 % pour les conteneurs pleins », précise Antoine Berbain. Cette progression se traduit par une croissance du trafic fluvial de conteneurs maritimes de 12,6 % en EVP, à fin mai 2018. Antoine Berbain se dit optimiste, en soulignant que « les opérations de transbordement se sont redressées en fin de période, ce qui nous laisse augurer une bonne fin d’année 2018 ».

+ 2 % pour le roulier

Le trafic des vracs liquides s’inscrit aussi en recul, avec une baisse de 3 %, à 18,8 millions de tonnes, malgré la hausse des produits raffinés. « Les raffineries fonctionnent à un niveau moins élevé que l’an dernier dans un contexte de baisse des marges de raffinage », note la direction. Côté vracs solides, ce premier semestre est marqué par une forte chute, soit – 57 % pour 483.000 tonnes, liée aux arrêts de l’activité charbon de la centrale EDF qui a fonctionné sur ses stocks depuis le début de l’année. « Les importations reprendront avant la fin de l’année », prévoit le port du Havre.


« Croissance du trafic fluvial de conteneurs maritimes »

a bonne nouvelle vient de l’activité maritime roulière qui poursuit sa hausse avec 157.000 véhicules traités par le terminal havrais, soit une croissance de 1,7 % par rapport à la même période en 2017. « L’armement MSC a lancé en février son service ro-ro qui relie deux fois par mois les ports de Haropa à l’Afrique de l’Ouest », commente le port.

De nouvelles offres commerciales

De son côté, la croisière continue de progresser, à + 11 % d’escales et + 7 % de passagers à 200.000 et de 67 % à Honfleur (17.500). À noter au Havre le développement des escales « tête de ligne », environ 40 sur l’ensemble de l’année grâce à MSC et Princess Cruise. « Le Havre a dépassé Amsterdam en nombre d’escales et de passagers, et est le deuxième port du Range Nord, derrière Hambourg », commente Antoine Berbain.
Enfin, le port insiste sur les nouvelles offres commerciales et les nouveaux services proposés en 2018. Ainsi, la rotation du service Asie-Europe FE2 de THE Alliance a changé en avril et « ce service opéré par les plus grands navires a placé Le Havre comme premier port continental à l’import en provenance d’Asie. THE Alliance a introduit au Havre un nouveau service Asie, le FE3, et, depuis fin août, l’alliance 2M a positionné Le Havre en premier port import du range Nord européen sur son service touchant la côte Est des États- Unis, le golfe du Mexique et le Mexique.

Le ferroviaire : nouvelles liaisons

Étendre son hinterland au-delà du bassin parisien reste l’enjeu majeur du port. La mise en service d’une nouvelle connexion ferrée avec la Suisse romande a démarré fin septembre, en partenariat avec l’opérateur de transport combiné Naviland Cargo. Elle devrait assurer trois rotations hebdomadaires entre le terminal de transport combiné de Chavornay, au nord de Lausanne, et les ports du Havre et de Marseille-Fos via le terminal de Gevray (Dijon). Le potentiel du marché suisse en conteneurs est estimé à 350.000 à 400.000 EVP par an.
Par ailleurs, l’armateur MSC a décidé en juillet de suspendre son service maritime dans le port de Bordeaux pour le remplacer par voie terrestre. La liaison ferroviaire, mise en place début 2018, vient d’être renforcée entre la plateforme multimodale de Bordeaux à Hourcade et les ports du Havre et de Fos-sur-Mer, pour cinq rotations hebdomadaires.

Laisser un commentaire

*

code